Skip to content

Langage oral : prise en charge précoce. Pourquoi ?

Langage oral : prise en charge précoce. Pourquoi ? published on 13 commentaires sur Langage oral : prise en charge précoce. Pourquoi ?

Voici 10 raisons de solliciter un orthophoniste chez un enfant de moins de 3 ans qui présente des difficultés de langage oral.

Pourquoi devons-nous favoriser la prise en charge précoce du langage oral ?

1- Parce que l’on sait à présent, grâce à l’avancée des neurosciences, que la plasticité cérébrale est optimale avant 3 ans. C’est une période pendant laquelle nos leviers d’actions sont puissants.

2- Parce que l’on sait qu’un retard de langage peut être la partie visible de l’iceberg, et qu’en objectivant tôt des observations, on peut également dépister plus tôt des troubles du développement.
Mais également parce qu’en explorant le langage oral, de plus en plus d’orthophonistes explorent aussi l’oralité alimentaire 😉

3- Parce que des troubles du langage oral, ou des développements hétérogènes génèrent quelquefois des comportements difficiles chez les enfants, avec des retentissements familiaux plus ou moins sévères.

4- Parce qu’un enfant qui parle mal, peut possiblement être un enfant inattentif, voire un enfant agité, qui se pose difficilement, avec tous les retentissements que cela peut avoir pour son développement.

5- Parce que l’orthophoniste consulté pour le bilan de langage est également un professionnel du développement, qui sait orienter la famille vers des bilans complémentaires permettant d’éclairer le profil observé en examinant de plus près les domaines possiblement déficitaires dans le développement : un bilan ORL, un bilan orthoptique (aspect neurovisuel), un bilan psychomoteur, un bilan neuropédiatrique, etc… Le bilan orthophonique permet au médecin qui suit l’enfant de préciser son bilan somatique par des éclairages développementaux et d’orienter vers d’éventuels examens complémentaires.

6- Parce que l’orthophoniste, en examinant le langage explore aussi les habiletés motrices (notamment sur le plan bucco-facial), les habiletés sociales, les habilités alimentaires, les explorations visuelles, l’attention… L’orthophoniste fait donc le point autour des socles qui vont par la suite porter les apprentissages (ou y participer), notamment sur le plan scolaire.

7- Parce que des familles inquiètes du développement du langage de leur petit, sont des familles à entendre, et le plus souvent des familles fines dans leur ressenti.
Le contraire est moins vrai : quelquefois les familles n’ont pas de plainte, et pourtant les professionnels repèrent des difficultés. Dans ce cas, la rencontre avec l’orthophoniste, donne l’occasion d’échanges menant les familles vers la compréhension des difficultés de l’enfant et des retentissements possibles.

8- Parce qu’en accompagnant tôt des familles dans le développement, on va leur permettre de dépasser les particularités comportementales de l’enfant ; prendre conscience des conduites à poursuivre auprès de l’enfant (alors qu’on pourrait être tenté de les abandonner face au manque d’intérêt de l’enfant), proposer des activités spécifiques qui vont soutenir le développement de l’enfant, des aménagements à proposer autour de l’enfant pour étayer son développement.

9- Parce qu’en prenant en charge un enfant en âge préscolaire, on pose des diagnostics plus tôt (ou des hypothèses de diagnostic), et qu’on peut ainsi solliciter plus tôt aussi tous les partenaires administratifs et médicaux dont on a parfois besoin quand les situations sont spécifiques. Or on sait que certains systèmes administratifs sont parfois longs dans leurs procédures. C’est donc aussi un atout pour préparer et / ou aménager l’entrée à l’école.

10- Parce que les orthophonistes sont des professionnels qui sont remboursés par la sécurité sociale et la mutuelle (60 % et 40% respectivement), et qu’il serait dommage de se priver de leurs compétences.

En partageant cet article, vous aiderez à lutter contre les idées reçues qui ont la peau dure :
on consulte un orthophoniste quand l’enfant parle
variante : « il est trop tôt » pour consulter
– on consulte un orthophoniste après l’entrée à l’école
– il faut attendre le déclic langage
– les défauts de langage de l’enfant sont en lien avec un manque d’efforts
– Il ne parle pas : c’est pour t’embêter
– on ne peut pas tout faire en même temps
– il est juste timide
– la nounou (variante « la crèche ») a vu des enfants « bien pires ».
– il ne parle pas parce que les parents viennent de se séparer
etc …

Non seulement toutes ces réponses sont erronées, mais elles témoignent d’un manque de connaissance du développement. Consulter ne nuira pas au développement du langage
Consulter peut aussi permettre d’être rassuré, conseillé
Consulter peut économiser à l’enfant la mise en place de stratégies compensatoires qui seront peut-être coûteuse dans la suite de son parcours, notamment scolaire.

Dans un prochain article, nous pourrons revoir les signes qui doivent alerter et amener à consulter. En attendant, il existe de nombreux sites pertinents à ce propos, notamment celui-là : www.info-langage.org

Je dédie cet article à toutes les familles dans le doute, et à tous les professionnels croisant de près ou de loin des enfants de moins de 3 ans.

13 commentaires

Tout à fait d’accord mais quand il y a un an d’attente pour un bilan chez toutes les orthophonistes de mon secteur, que fait-on ? on réserve dès la crèche ????

Lauren,
Commentaire extrêmement pertinent, puisque nous sommes nombreux à être confrontés au problème en France ou ailleurs.
La réponse méritera un article entier, mais pour faire bref : de nombreux orthophonistes sont déjà convaincus de cela, et offrent une priorité à ces petits… Ce, même dans des régions surchargées… voire SURTOUT dans des régions surchargées. Les collègues ont bien conscience que les prises en charge sont très différentes avec les petits, et qu’ils ont besoin de nous différemment, voire bien moins longtemps que quand on attend qu’ils soient grands.
Ainsi Lauren, sans aller réserver une place avant de voir un signe de « difficulté » de langage, je vous propose de joindre les collègues par téléphone et de leur expliquer votre situation.
Les enfants prématurés, sont, dans certaines régions (la mienne en tout cas), dépistés très tôt via les consultations de suivi à l’hôpital, de manière systématique parce qu’on sait que ce sont des enfants « plus à risques » dans leur développement.
Tous les enfants, plus généralement, sont actuellement dépistés en France à 4 ans via l’école, et devraient l’être par les médecins traitants régulièrement durant les 3 premières années où le développement est sensé être surveillé de près. Dans la réalité c’est bien plus compliqué… cela demande du temps, temps que les médecins ne prennent pas (quelles qu’en soient les raison), ou pas assez souvent.
Un autre système à inventer ?

Bref… n’hésitez pas à appeler les collègues si vous avez des petits qui vous inquiètent.
Bon courage
Elisa

Je suis tout à fait d’accord avec vous ! Je suis orthophoniste et mon fils de 26 mois m’inquiète. Malheureusement difficile de le faire entendre autour de moi, que ce soit à la garderie, aux professionnels de santé, dans la famille ou l’entourage proche tout le monde me dit que ça va venir. Depuis plusieurs mois j’ai l’impression pour différentes raisons qu’il n’entend pas très bien, un ORL a effectivement détecté des otites séreuses en me disant qu’à cet âge là ça n’a pas d’incidence et que l’important c’est l’entrée au CP » ! J’ai rendez-vous la semaine prochaine à une heure de chez moi chez une ORL qui reçoit des petits.
Mon fils depuis qu’il est petit a une grande appétence pour la communication, seulement, il répète difficilement, les sons ne sont pas précis et légèrement nasonés. Il s’applique beaucoup, regarde la bouche de son interlocuteur, tord la sienne mais les mots qu’il produit sont très éloignés des autres. De plus, contrairement à des enfants du même âge que je suis, il n’est pas du tout en retard dans les autres domaines et les pré requis au langage sont en place. Depuis plusieurs mois alors que c’était un enfant facile c’est crise sur crise, là encore on me dit que c’est l’âge mais nous on voit bien que ce petit bonhomme n’arrive pas à se faire comprendre et que cela n’arrange rien. Sous prétexte que je suis orthophoniste et que ma fille aînée a un niveau de langage impressionnant on me dit que je me fais des idées et que je m’inquiète pour rien.
La prise en charge précoce est encore difficile à mettre en place notamment à cause des idées reçues que vous mentionnez et des médecins qui nous disent de ne pas nous inquiéter.
Merci pour ce blog dont je me sers beaucoup pour la rééducation de mes petits bouts en prise avec des difficultés d’oralité !

Bonjour Léa,
Mon dieu… Précisons à ceux qui nous lisent que l’altération de l’audition impacte sur le développement dès la naissance ! Précisons aussi qu’il est presque plus gênant d’avoir une gène auditive quand on est tout petit que quand on a grandi. L’audition permet de monter les entrées sonores de manière précise : quand on entend moins bien, cela donne un rangement un peu flou. Quand on a une gène ponctuelle en tant que « grand », c’est si différent ! Comparons cela à « chercher son propre doudou » ou « chercher le doudou du copain qu’on n’a jamais vu »…. Devinez lequel on trouve en premier ?
Mais ça Léa, je sais que toi tu le sais puisqu’en tant qu’orthophoniste….

D’autres collègues sont passés par là : quand ce sont nos propres enfants qui présentent des difficultés, les réponses obtenues sont tout aussi aberrantes. Tu nous en apportes la preuve 🙁 J’avais personnellement reçu en réponse : « il parle mal pour vous embêter parce que vous êtes orthophoniste ».

Bref… quant à cette bouche qui se tortille chez ton petit : contrainte bucco faciale ? ou auditive pure ? qu’en penses tu toi en tant que maman ?

Plein de courage… et merci pour les encouragements, dont, j’avoue, je ne me lasse pas tant ils m’encouragent quand je les croise.

Elisa

Merci pour ces encouragements. La seconde ORL a confirmé une otite séreuse bilatérale et a pu mesurer une perte auditive d’environ 20db notamment sur les sons graves ainsi qu’une non perception de la voix chuchotée. Elle n’est pas inquiète pour le langage grrrrrrrr. Tous les sons sont assourdis évidemment, la compréhension n’est pas terrible, personne ne le comprend à part ses parents… je ne pense pas qu’il y ait de difficultés particulières au niveau praxique puisqu’ il sait parfaitement faire le [ch] notamment , qu’il mastique très bien et que sa langue, ses joues et ses lèvres me semblent correctement musclées. Est-ce que le fait de mal entendre peut également entraîner une difficulté de mise en chaîne?!? (le bus = « le sou », « la mouche = chou » parce que évidemment depuis le départ je crains aussi une dysphasie à laquelle je préfère évidemment l’explication des otites séreuses ! Il a également du mal à dire un mot même déformé de 2 syllabes et 3 ce n’est pas possible du tout.
J’ai eu la même réponse que vous de la part d’une psychologue, mon enfant parle mal parce que c’est mon métier ?!?
Je suis un peu plus confiante devant les récents progrès de mon petit garçon, forcément plus on avance dans la construction du langage, plus c’est facile et plus ça va vite et en même temps j’ai l’impression que la marge de retard prend de plus en plus d’ampleur.

Vraiment votre blog est une grande source d’inspiration dans ce monde de l’oralité encore mal connu et sur lequel il n’y a finalement pas tant de références que cela au niveau orthophonique. J’imagine que pour les parents qui rencontrent ce type de difficultés avec leur enfant et qui n’ont pas la chance de bénéficier d’un suivi orthophonique ce blog peut permettre de trouver de nombreuses solutions. Merci !

Léa

Bonjour Léa,

Ortho comme Elisa et vous, je découvre ce blog au gré de mes recherches suite à une demande de prise en charge pour des troubles de l’oralité chez un petit de 16 mois (au passage bravo et merci Elisa !). Bref le souci que vous évoquez chez votre fils est sûrement lié en partie à sa baisse d’audition pour les confusions mais pas nécessairement l’inversion des sons. Connaissez-vous la DNP ? Le massage des consonnes et les massages rythmés lui permettraient de mieux percevoir l’ordre des phonèmes de même que les traces qui donnent un support visuel à sa parole ? Je pense que ça l’aiderait beaucoup.
Bon courage
véro

Bonjour,

Merci beaucoup pour cette indication, je ne connais pas la DNP mais je me renseigne immédiatement ! Otite séreuse éradiquée depuis 1 mois grâce à une séance d’osthéopathie, beaucoup de progrès mais encore beaucoup de travail pour rattraper le retard ! En espérant que cela ne recommence pas !

est-ce que un contenu de ce type existe version plquette d’info pour envoyer aux médecins?
😉

Tu m’aides ? On se fait ca ? 😉
Elisa

Bien d’accord avec nanouskaya, j’aurais aimé également partager ces infos avec les parents de ma patientèle mais pr cela une « plaquette » serait sans doute préférable … qqch a été conçu en ce sens ?
Merci pour votre blog très riche !
Justine

Il me faudrait des semaines de 10 jours, ou des journées de 30h pour que j’arrive à boucler tous ces supers projets ou idées… 😉
Promis, j’y pense dès que j’ai un temps « open » pour préparer ça.

Merci quoi qu’il en soit de me rappeler cette suggestion… et de m’encourager avec ces mots positifs qui me nourrissent bien plus qu’on ne peut le penser.
Elisa

Bonsoir Elisa
Merci pour cette mise en bouche à la formation du 18/19 novembre à Rouen, j’ai hâté d’en entendre plus !
Et dès demain je m’en vais distribuer ton article aux médecins de la structure où je travaille, ils se posent des questions sur l’âge auquel peut commencer une prise en charge, ils auront une réponse !
A bientôt
Annelore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *