Skip to content

Oral Ortho Petits : outil de remédiation en orthophonie

Oral Ortho Petits : outil de remédiation en orthophonie published on 10 commentaires sur Oral Ortho Petits : outil de remédiation en orthophonie

L’outil de remédiation Oral Ortho Petits est prévu pour la prise en charge orthophonique d’enfants présentant un retard dans la mise en place du langage oral (réception et / ou production).

Je l’utilise depuis 2 ans dans ma pratique au CAMSP auprès d’enfants petits et de leur famille.
C’est suite à la publication d’un article sur ma pratique (ici) que le choix de partager cet outil a émergé suite aux nombreuses demandes des collègues. Après quelques efforts de présentation et de relecture, il s’apprête à sortir. Avant cela, je tenais à vous présenter cet outil plus précisément.

Il peut être adapté aux enfants présentant les profils suivants :
retards de langage oral, troubles globaux, voire certains enfants porteurs de TSA (ou suspectés l’être).
Il n’est pas pensé pour les enfants sourds ni pour les enfants déficients visuels (cécité).

Il peut être proposé à partir de 15-18 mois, dès que les prérequis au langage oral sont en place (attention visuelle et auditive, pointage, attention conjointe), même si ceux-ci sont fragiles (ces séances vont participer à les consolider). Il vise plus particulièrement des enfants qui ne produisent pas ou très peu de mots, avec ou sans retard en compréhension.

Il est prévu pour une prise en charge orthophonique proposant une séance hebdomadaire d’orthophonie en présence d’un des parents ou d’un tiers proche de l’enfant susceptible de reprendre avec lui les activités « maison » au quotidien. Il est en effet ensuite demandé à la famille de proposer tous les jours,entre deux rendez-vous, des activités avec l’enfant sur 5/10 minutes.

Ce travail propose 15 séances de rééducation de 30 min et 14 fiches pour la maison.

=> Vous trouverez les deux premières séances en ligne gratuitement ici : Oral Ortho Petits 1 et 2

Si la compréhension est tout d’abord favorisée et abordée, même quand l’enfant n’a pas de difficulté sur ce plan, ce n’est que pour permettre des occasions multiples de rencontres des mots dans des situations privilégiées qui offriront à l’enfant la possibilité de préciser le vocabulaire compris sur le plan phonologique et praxique en réception.
Des situations favorisant par ailleurs l’attention auditive et visuelle, mais aussi le contrôle praxique sont rapidement mises en place dans cette remédiation pour permettre à l’enfant d’intégrer efficacement les différentes informations (auditive, visuelles, sensori-motrices) utiles pour l’émergence de la production verbale.

Ce protocole vise donc à impulser des modèles linguistiques ciblés, pré-pensés, grâce à la manipulation de jouets utilisés classiquement chez des enfants petits (Playmobils 123, animaux, dinette : facilement lavables et non fragiles).

Ainsi ce protocole propose de jouer avec l’enfant en proposant des modèles linguistiques et gestuels qui seront ensuite repris à la maison avec le support de photos correspondant aux jouets de la séance.

Oral Ortho Petits 1

Les premières activités visent la compréhension lexicale et la mise en place du rituel que va proposer l’outil. Cela est expliqué aux parents afin qu’ils modèrent leurs attentes de production chez leur enfant en début de prise en charge.

L’orthophoniste invite l’enfant à le regarder le plus souvent possible quand elle produit (association : son entendu / mouvement de bouche observé).

Des gestes sont associés à certains sons,
– soit pour accompagner le message (lion => main relevée et doigts formant la griffe du lion, avion => main qui vole),
– soit pour coder certains bruits (train => ch ch => geste de Borel).

Orthophonie et troubles de l'oralité

Des bruits sont associés aux images pour simplifier le message perçu par l’enfant et en faciliter sa production (ce qui renforce les interactions parents / enfants grâce aux premières productions reprises spontanément sur imitation).
De plus, l’intégration de ces bruits visent implicitement à présenter les phonèmes de notre langue de manière isolée (ch, j, r, s, z, a, p, t, v, ou, …). Le plus souvent le geste de Borel peut être associé en séance pour soutenir le message sonore, et améliorer implicitement l’attention de l’enfant.

Après une dizaine de séances, les images laissent place aux pictogrammes de manière à augmenter le stock lexical proposé. Il sera alors possible d’aborder du vocabulaire ne correspondant pas obligatoirement au vécu des séances (manipulation de jouets). Les pictogrammes ont été choisis en fonction du quotidien des enfants petits de manière à offrir aux parents l’occasion de faire des liens entre le vécu familial et l’image au moment de « raconter les pictogrammes à la maison ».

Partager le protocole de remédiation de langage oral ? Oui ? Non ? Comment ?

Lors des 5 dernières séances, alors que l’enfant a souvent commencé à produire quelques petits mots ou bruits, on l’invite implicitement à produire le vocabulaire qu’il maîtrise en compréhension. Parallèlement on provoque dans la situation de jeu, de manière implicite, un ralenti phonologique sensé clarifier le modèle sonore, mais aussi praxique du mot puisqu’on incite l’observation de la bouche par l’enfant. La production de fins de mots est favorisée avec des ébauches orales que l’enfant interrompt ou pas en fonction de ses possibilités.

Enfin, ce travail s’appuie également sur le principe qu’un enfant présentant un retard dans le développement de son langage ne va plus / pas inviter ses parents à avoir un LAE (= Langage Adressé à l’Enfant) adapté, ni des activités « suffisantes » pour permettre le développement normal du langage. Il propose donc de montrer implicitement aux familles comment jouer / se conduire avec l’enfant pour favoriser l’émergence de son langage. Il est également prévu que l’orthophoniste aide implicitement les parents à observer les progrès ou les réactions positives ou négatives de leur enfant. Ce décodage de la conduite de l’enfant est vraisemblablement nécessaire pour entretenir l’appétence des parents dans leur communication adaptée à l’enfant. Les parents sont ainsi guidés très solidement dans « les fiches maison » pendant les 10 premières séances puis de manière plus libres les 5 dernières. Cela permet à l’orthophoniste d’estimer si les parents vont pouvoir poursuivre, après l’administration des 15 séances, cette stimulation adaptée pour soutenir la mise en place du langage oral de leur enfant sans son aide. Dans le cas contraire, cela serait un point à prendre en compte pour éventuellement poursuivre la PEC.

Le protocole propose un stock de vocabulaire comprenant environ :
– 80 noms communs
– 45 verbes
– 10 adjectifs qualificatifs
– 20 bruits
– 20 gestes facilitateurs (symbolisant le son ou le sens)
Chacun des modèles est proposé à plusieurs reprises dans le protocole.

On note une grande redondance de la plupart des mots proposés d’une séance à l’autre (figuré par le jouet, la photo ou le picto), ce qui permet une intégration de celui-ci.

Globalement on retiendra que le protocole vise à stimuler :
– la compréhension
– les compétences transversales participant au développement du langage (attention auditive, attention visuelle, praxies BF).
– les premières productions verbales
– à défaut les prémices d’une communication alternative (grâce aux pictogrammes)
– la qualité du LAE des parents, le renforcement de leurs modèles « gratuits » de langage, leur adaptation face aux premières productions verbales.

> Chaque séance proposera du vocabulaire nouveau ou visera à le rendre flexible. « Des blocs verbaux » seront également systématiquement utilisés en séance, au gré des situations que la spontanéité des enfants nous portera à proposer (ex : attention, oh zut, écoute, boum, tombé, accident , cassé, regarde, attend, …)
> Des jouets seront chaque fois manipulés (entrées sensorielles multimodales) en séance pour donner des occasions de modèles linguistiques qui seront repris à la maison au gré d’un travail si possible quotidien, de 5 à 10 min, qui s’appuiera sur les photos des jouets utilisés en séance. (les 10 premières séances)
> Des gestes seront dès que possible associés aux mots proposés. Ils seront plus particulièrement proposés face aux enfants présentant un retard de développement global (moteur / visuel / langage / attention)
> Après la 10ème séance seront proposés des pictogrammes (Arasaac – gratuit – proposant un grand stock d’images disponibles pour une reprise à la maison plus large au besoin ou pour la poursuite d’un travail orthophonique, notamment avec une CAA).

Quand cela sera nécessaire (enfant avec profil TSA, enfants avec difficultés globales), il sera demandé aux familles de photographier dès la 3ème séance les objets du quotidien de l’enfant afin de permettre à l’enfant et à sa famille d’investir la place que peuvent avoir les images dans la communication du quotidien (demandes et choix notamment).

 

Ce travail a été construit en tenant compte des appuis théoriques tels que ceux transmis à travers les travaux de Bruner, Kail, Kuhl, Kern, Boysson Bardies, pour n’en citer que quelques-uns. C’est surtout mon travail auprès de l’équipe du CRTLA auprès de laquelle j’ai travaillé pendant 6 ans qui a finalement inspiré la construction de cet outil. Cette riche expérience professionnelle m’a offert une solide vision du neurodéveloppement, et m’a permis d’aborder mes prises en charge avec une vision plus large du développement des enfants : je reste aujourd’hui bien plus alerte face aux aspects neurovisuels, neurosensoriels et sensori-moteurs. Enfin, cet outil s’est aussi construit grâce aux fruits récoltés via le travail en équipe pluridisciplinaire qu’offre la structure du CAMSP.
> L’orthoptiste m’a aidée à réfléchir sur les photos afin qu’elle soit adaptées au plus grand nombre d’enfants tout en restant ludiques (et donc pas en noir et blanc par exemple),
> l’ergothérapeute à l’installation de certains enfants avec déficits moteurs quand certaines situations m’ont interrogée.
> La psychologue m’a aidé à imaginer des solutions quand les parents n’étaient pas disponibles pour reprendre les fiches maison avec leur enfant, mais elle a aussi réfléchi longuement à mes côtés autour des questions d’intégration sensorielle, et de développement cognitif de manière plus générale, afin que nos missions professionnelles se coordonnent au mieux autour de la prise en charge des enfants.

Au final, cet outil s’est poli avec le temps, amélioré au gré des rencontres avec les enfants aux profils si différents.

Si vous avez des questions, deux solutions :
les commentaires de cet article
un mail à oralite.alimentaire.verbale@gmail.com

Vous pouvez acheter Oral Ortho Petits ici :

Packs complets Oral Ortho Petits disponibles

10 commentaires

Bonjour,
comment se procurer ce super outil?
Merci.

Bonjour
j’ai acheté la formule à 70 euros (que j’utilise bcp!!) mais je ne crois pas avoir reçu de facture…. est ce possible d’en recevoir une à :
ju.colin@sfr.fr
ou
julie.colin.ortho@laposte.net

merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *