Skip to content

Parent psychiatrique ou méconnaissance des troubles de l’oralité ?

Parent psychiatrique ou méconnaissance des troubles de l’oralité ? published on 6 commentaires sur Parent psychiatrique ou méconnaissance des troubles de l’oralité ?

Parent psychiatrique ou méconnaissance des troubles de l’oralité ? Où en sont les professionnels ?

Après l’article où j’évoquais le besoin de diffusion de l’information sur les troubles de l’oralité ici, un article semblait s’imposer :

le témoignage d’une famille.

J’ai proposé à une maman, rencontrée au hasard de mes discussions, de m’aider pour cet article : je lui ai proposé de répondre par écrit à quelques questions susceptibles de l’amener à vous confier son histoire.
Merci à elle, K-yna Na, d’avoir offert son temps pour partager son expérience.

Vous comprendrez en la lisant que même en bataillant, le chemin est quelquefois long et douloureux.

Professionnels, vous qui lirez, souvenez-vous des mots de cette maman la prochaine fois que dans votre cabinet un parent amènera inlassablement la même plainte. Et pensez aussi à cette maman dès la première fois qu’une famille vous dira « ça ne va pas ». Pensez à laisser la porte ouverte pour que la culpabilité ne s’installe pas dans cette famille-là. Pensez à demander lors du prochain RV si cela va mieux… N’oubliez pas que plus nous voyons tôt ces enfants dans nos cabinets paramédicaux (orthophonistes, kinés, ergos, …), moins complexe est la prise en charge.
Parents, vous qui lirez, retenez qu’il faut parfois insister pour obtenir des réponses. Sachez aussi que de plus en plus de professionnels s’informent sur le sujet. Invitez les au besoin à lire le contenu de ce blog et sa bibliothèque de références.

Interview:
Il paraît qu’un de tes enfants à des difficultés pour manger

Continue reading Parent psychiatrique ou méconnaissance des troubles de l’oralité ?

Etat des lieux de l’oralité en pédiatrie.

Etat des lieux de l’oralité en pédiatrie. published on Un commentaire sur Etat des lieux de l’oralité en pédiatrie.

Etat des lieux de l’oralité en pédiatrie.

Ce soir, j’avais envie de parler de ces bébés que j’ai croisés en pédiatrie, lors d’une hospitalisation « un peu longue », « un peu loin de maman », où le service avait demandé un avis orthophonique parce que ce petit là buvait mal.

Vous l’aurez compris, je parle là de l’enfant lambda dans une oralité primaire, réflexe, ou d’un enfant plus fragile (une trisomie, un préma, …) qui, hospitalisé pour une bronchiolite ou tout autre chose, perd peu à peu le contact avec …. le biberon ?

L’équipe s’y attelle. Auxiliaire après auxiliaire, le bébé « mauvais mangeur » est aidé par une sonde naso-gastrique et c’est à ce moment là que l’orthophoniste est conviée.

La pédiatrie, ce n’est pas la néonat. Où je travaille, ce sont des territoires bien distincts : dans l’un on propose des stimulations oro-faciales, dans l’autre « on n’est pas là pour ça ». Les équipes de pédiatries sont tout aussi professionnelles, mais ils ne se situent pas (encore ?) dans les soins de développement.

Il m’est donc arrivé de me retrouver face à des bébés qui ne buvaient que trop peu leur biberon, et pour lesquels l’équipe ne savait plus quoi proposer.

Comment sont ces bébés ?

– souvent sans leurs parents présents, ou très « visités » (famille géographiquement éloignée, …)

– souvent fragiles dans leur développement (enfant à qui l’on découvre un problème visuel, qui présente une T21, bronchodysplasique, …)

Certains buvaient très bien à la maison.

D’autres ont eu besoin que leur maman use de stratégies pour parvenir à les faire boire (dans l’installation notamment). La fragilité existait déjà pour certains. Elle s’exprime pleinement à l’hôpital.

L’hôpital ? Pourquoi ? C’est comment ?Continue reading Etat des lieux de l’oralité en pédiatrie.