Skip to content

7 axes de réflexions pour construire un suivi orthophonique en oralité

7 axes de réflexions pour construire un suivi orthophonique en oralité published on Aucun commentaire sur 7 axes de réflexions pour construire un suivi orthophonique en oralité

7 axes de réflexions pour construire un suivi orthophonique en oralité

Voici un thème assez flou voire controversé : quelle progression proposer dans les prises en charge en oralité ? Quand un enfant est identifié lors d’un bilan comme présentant des troubles de l’oralité, il semble parfois difficile d’imaginer une progression cohérente pour la prise en charge à venir. Je propose dans cet article de vous présenter brièvement des axes de réflexions susceptibles d’appuyer votre cheminement.

1. Restaurer le plaisir des repas

a. Adapter les repas aux possibilités gustatives, digestives (quantités) et motrices de l’enfant
b. Diminuer les exigences familiales et au besoin modifier radicalement les propositions : expliquer le développement et fixer un délai pour ces aménagements (7-10 jours) > accompagner au quotidien si nécessaire.
c. Réfléchir les notions : forcer, inciter, inviter, proposer.

2. Aborder la sensorialité

a. Comprendre et identifier les éventuels facteurs impactant de manière négative sur la sensorialité alimentaire de l’enfant : fréquence-cohérence des modèles, digestion, fatigabilité, nécessité de compréhension.
b. Proposer des expériences sensorielles porteuses de sens en séance : modèle
c. Amener les parents à proposer des routines sensorielles ludiques et plaisantes (Livrets de Guidance Oralité 1)

3. Accompagner les parents dans la compréhension progressive des étayages nécessaires

a. Principe d’éducation au goût : importance du partage familial, de la compréhension de l’enfant, de la fréquence et variété des présentations (Livret de Guidance Oralité 2 et 3)
b. Prise de conscience des rouages alimentaires culturels et sociaux, et de la flexibilité possible
c. Propositions de nouveaux schémas

4. Renforcer, après information, les bonnes conduites d’hygiène bucco-dentaire, ORL et digestive. Stratégies éducatives

a. Laver les dents quotidiennement
b. Moucher l’enfant via des lavages de nez avec seringue et sérum physiologique
c. Aspirer et souffler
d. Prendre en charge le bavage
e. Appétit et digestion

5. Transformer peu à peu l’organisation familiale autour de l’alimentation

a. Partage des repas et de leur préparation : ritualisation des informations annonçant le repas
b. Mise en conscience des aliments phares souhaités par les parents pour leur enfant (respect de ceux-ci via le thérapeute et information si nécessaire)
c. Intégrer des automatismes visant à renforcer le comportement de l’enfant via une modification progressive des conduites : accompagnement explicite et implicite (principe d’éducation à la santé) et valorisation des conduites parentales.

6. Les perceptions alimentaires

a. Mise en conscience des représentations construites par les parents
b. Mise en conscience des représentations construites par l’enfant
c. Modification progressive des représentations via un suivi type TCC

7. Guidance explicite et implicite vers des sollicitations alimentaires fonctionnelles

a. Accompagner les parents pour les amener, à partir de leurs modèles alimentaires familiaux et de leurs routines quotidiennes, à proposer des schémas ajustés aux besoins sensoriels et moteurs (livrets de guidance oralité 3)
b. Mesurer les progressions possibles dans les propositions au fur et à mesure du développement. Progression sensorielle et motrice.

Ces axes sont tissés, entremêlés en fonction de l’âge de l’enfant, du profil identifié lors de son bilan et de sa progression.

Et vous ? Quelle progression proposez-vous ? Quels sont vos axes de réflexions ?
Où placeriez-vous les massages de C.Senez dans ce schéma présenté ?
Les commentaires vous attendent…
Et pour faire circuler l’information et le questionnement, partagez abondamment !

ATTENTION : je n’autorise pas les sites commerciaux à utiliser tout ou partie de mes articles, ou documents associés, pour contribuer à leur communication commerciale.

Outil orthophonique de guidance parentale en oralité

Outil orthophonique de guidance parentale en oralité published on 7 commentaires sur Outil orthophonique de guidance parentale en oralité

Outil orthophonique de guidance parentale

Présentation des Livrets de Guidante en Oralité
Voici un outil constitué de 15 fiches de guidance (3 livrets de 5 fiches), correspondant à 15 semaines d’activités visant à soutenir l’oralité alimentaire et verbale des enfants.

Cet outil a été pensé pour des enfants à partir de 12/18 mois mais peut se proposer pour des enfants plus grands.

Répétées régulièrement dans le quotidien, les activités proposées vont soutenir le développement de l’oralité alimentaire, ou le stimuler quand certains événements de la vie de l’enfant viennent l’entraver (naissance prématurée, nutrition entérale, hospitalisation, handicap, …).
Un enfant présentant un trouble de l’oralité, quelle qu’en soit l’origine pourra donc être ainsi soutenu grâce à l’investissement plus spécifique de la famille auprès de l’enfant.

***

Objectifs
Pourquoi cet outil de guidance parentale ?
–  les familles sont les intervenants les plus précieux pour stimuler au plus juste leur enfant.
–  toute prise en charge touchant au développement mérite fréquence et cohérence des activités, et que les parents sont les mieux placés pour les proposer
–  le développement est une histoire de tricot entre les aiguilles de l’environnement et « l’équipement » neurophysiologique de l’enfant.

Les 8 clés de l’outil
1 – la plasticité cérébrale : plus précoce est l’intervention, plus efficace elle est. Il parait capital d’intervenir tôt afin d’éviter les retentissements importants habituellement vus chez certains enfants avec des sélectivités alimentaires majeures, et un déséquilibre des apports nutritionnels qui ne sont pas sans interroger sur la santé des adultes qu’ils deviennent (obésité, anorexie, néophobie alimentaire de l’adulte, …)

2- l’intégration sensorielle multimodale : chaque sens est abordé, stimulé, au gré des semaines. Si un sens est « visé », il s’appuie toujours sur d’autres entrées sensorielles et sur des émotions / affects « positifs » avec le parent afin que son intégration soit cohérente pour l’enfant.
La théorie de différents auteurs / professionnels tels que André Bullinger, Jane Ayres, LJ Miller, Isabelle Barbier (pour n’en citer que quelques uns), constituent le fil conducteur de cet aspect développé à travers les activités proposées.

3- la communication : l’outil favorise la communication autour de l’alimentation afin que les enfants touchés par des troubles de l’oralité et tardant à entrer dans le langage oral (ce qui est fréquent) puissent exprimer par d’autres biais ce qu’ils aiment, n’aiment pas, cela, entre autre, pour éviter des troubles du comportement importants tels qu’il est fréquent d’en voir chez ces enfants.

4- les supports imagés proposés pour communiquer représentent une entrée visuelle qui va accompagner la compréhension que l’enfant va peu à peu poser autour de ce que ses sens codent lorsqu’il mange. Ils vont pouvoir permettre à certains enfants d’anticiper les repas, et de possiblement moins les appréhender. Les enfants porteurs d’autisme seront particulièrement aidés à travers cet aspect proposé.

5- un environnement porteur : les familles vont être invitées (et non contraintes puisqu’il s’agit chaque fois de « piocher » parmi les activités proposées) à offrir à leur enfant, peu à peu, un cadre favorisant l’accès à une oralité satisfaisante : partager des repas et leur préparation, accepter les doigts dans l’assiette voire le favoriser, …

6- une approche plus spécifique autour du sens du toucher, avec notamment des activités très progressives visant à désensibiliser les enfants qui présentent une hypersensibilité, notamment importante touchant l’accès au visage.

7- des fiches d’observations qui vont implicitement guider les parents sur les aspects fondamentaux du développement, et les rendre peu à peu experts pour stimuler leur enfant. Celles-ci rendues à chaque rendez-vous représenteront un support d’échanges actifs pour la prise en charge orthophonique.

8- Cet outil de guidance propose également de manière très implicite des situations qui vont amener les familles à cheminer auprès de leur enfant qui présente des difficultés alimentaires.

Quelle limite à cet outil ?
– les familles analphabètes ne peuvent l’utiliser puisqu’il s’agit d’un support écrit.

Vous trouverez des exemples de fiches proposées aux familles ici et

***

*** Pensez à télécharger votre livret juste après le règlement de celui-ci quand le lien s’affiche.

Le livret de Guidance Oralité n°1

Le livret de Guidance Oralité n°1 published on Aucun commentaire sur Le livret de Guidance Oralité n°1

Le livret de Guidance Oralité n°1
Ici, vous trouverez le premier livret de guidance (sur les 3 qui existent). Il regroupe les 5 premières fiches d’activités avec les fiches d’observations associées.

Chaque fiche décrit précisément 4 activités à reprendre pendant la semaine, guidée par une fiche d’observations qui rendra les parents particulièrement sensibles à l’évolution de l’enfant et aux points importants visés lors des jeux proposés.

Lors de ce premier livret, les objectifs de la semaine sont clairement énoncés sur la fiche de guidance. Globalement ils s’orientent vers :
– Le corps et ses sens : jouer avec tout son corps dans l’espace et en ressentir ses limites
– Les différents touchers : de la caresse appuyée à celle qui effleure, en passant par les petits pincements gentils de maman
– Amorce d’une première approche ludique non alimentaire
– Aborder la nourriture via le jeu qui invite tous les sens ET les mains.

Le deuxième puis le troisième livret sont à votre disposition ici et

Pour plus d’information sur ces fiches de guidance, vous pouvez consulter gratuitement les 2 premières fiches de Guidance Oralité dans la rubrique « Guidance Parentale » de l’espace Famille.
Un exemple ici


=> cliquez deux fois pour commander, et si vous n’avez pas de compte PayPal, cliquez en dessous « je n’ai pas de compte Paypal »
ATTENTION LE LIEN DE TELECHARGEMENT APPARAIT DES VOTRE REGLEMENT SUR LE SITE.
En cas de difficulté, contactez moi immédiatement à oralite.alimentaire.verbale@gmail.com, je vous enverrais vos livrets par mail directement si une erreur survenait.

Livret Guidance Oralité n°1
A destination des professionnels et des familles

Il est constitué de 5 fiches d’activités et 5 fiches d’observations.
L’accès se fait par téléchargement sous format PDF : pas de frais de port, pas d’attente de réception : vous accédez directement à votre livret..

Ces fiches décrivent précisément des activités que les familles peuvent reprendre avec leur enfant à partir de 12 / 18 mois qui présente des difficultés alimentaires.

Cet outil ne peut se substituer à une prise en charge médicale ou paramédicale. Le soutien d’un professionnel est d’ailleurs vivement conseillé en parallèle de ces fiches de guidance.

Cet outil n’est pas pensé pour les enfants de plus de 3 ans, mais bien des activités prévues (parmi les 20 de ce premier livret) peuvent tout à fait être proposées à des enfants « plus grands ».

N’hésitez pas à me contacter si besoin par mail à : oralite.alimentaire.verbale@gmail.com

Evolution d’une famille avec la « Guidance en Oralité ».

Evolution d’une famille avec la « Guidance en Oralité ». published on Aucun commentaire sur Evolution d’une famille avec la « Guidance en Oralité ».

Une poignée de familles participent au projet « guidance en oralité » évoqué ici « guidance parentale »
Avec l’accord d’une des familles, j’ai décidé de partager avec vous l’évolution d’un enfant sur les 8 premières semaines d’activités (nous sommes à mi chemin, il est prévu 15 séances).

Le 23 juillet,
Mail initial avant de commencer le projet :
« Je suis la maman de E. né à 34 sa avec un RCIU.
Il a 13 mois et mange très peu depuis le début.
Après de gros reflex nauséeux (qui se sont quasi arrêtés), E. mange difficilement à la cuillère parfois il mange mieux quand je lui donne directement à la main (pas facile avec certains aliments) en moyenne il prend 30g par mois au mieux 270g.
Sa courbe reste stable avec une cassure au début de la diversification faite à ses 8 mois âge réel.
Vous l’aurez compris il mange très peu de nourriture solide et ne supporte pas les purées, je l’allaite encore principal source d’alimentation pour lui.
Il ne supporte pas qu’on lui touche la tête (pour le visage il y a du mieux je trouve), et surtout il ne porte rien à la bouche ni ses doigts, ni ses jouets pas même la mie du pain (seul aliment pour lequel il présente un intérêt certain).
Voilà pour notre profil « famille ».

Le 31 juillet
Après la 1ère fiche en ligne ici

Voilà pour la première semaine.
Mon fils E. 13 mois AR(11 AC) a apprécié ces petits jeux avec maman, son grand frère M. (8ans) s’y est mis aussi et a participé activement aux petits jeux de mains.
-Pour E. la bébête ça était génial, il adore, se jette en arrière de plaisir mais n’aime toujours pas quand la bébête touche son crâne, du coup j’y allais moins.
Bateau sur l’eau au top, les premiers jours il s’abandonnait totalement de tout son poids sur mes mains.
-Les indiens sur les derniers jours il essaye de lui-même avec ses mains sur ma bouche (jamais sur la sienne pour rappel il n’amène jamais rien à sa bouche)
Sucer mes doigts bof bof, au début il pensait manger quelque chose je pense (vu que je le nourris souvent avec les mains il n’aime pas trop la cuillère)
Dans l’ensemble c’était très sympa.

11 Août
Après la deuxième fiche en ligne ici

Même en Espagne on a continué nos petits jeux , un peu de partout, dans le camion aménagé où nous voyageons, sur la plages, au resto….
Cheval saute il a bien aimé et attendait la fin du jeu avec le « youuuuuuuuuuu »
La main qui te croque bien aimé aussi, sur la tête comme vous me l’avait conseillé j’y vais plus franchement mais c’est pas ca encore arrivé sur la tête il » rentre sa tête dans son cou (suis claire là ) par appréhension.
Bidu bidu,c’est un petit jeu auquel nous avion déjà joué, il aime bien aussi, il faut vraiment que je fasse celle qui s’éclate pour l’intéresser, sur ça bouche ca reste compliqué j’ai pas insisté
maquillage et vache qui rit: il a pas compris je pense, il n’en n’a pas compris le jeu que je m’en barbouille la bouche ou la sienne?????? du coup j’ai pas continuerai aurai-je dû ?
Dans un mail précédent je vous expliqué qu’il avait mis un doigt dans sa bouche, mais cette semaine loin de la maison nos habitudes alimentaires ont changés par deux fois il a accepter de manger un petit pot industriel ( en principe il mange que des morceaux faits maison) l’équilibre alimentaire n’a absolument pas était respecté, jambon/ pain étant son alimentation principale durant ces vacances, du coup petit pot 4/6 mois où il en a mangé un quart et une moitié une fois, la encore c un petit pas pour E. car il n’a pas eu de reflex nauséeux , j’ai triché aussi comme une récompense (comme expliqué dans un article que vous avez écrit) une cuillère= un morceaux de chips (je sais pas terrible les chips mais bon quand ca marche!!!)
Voilà pour mon retour.

23 Août Retour de la fiche 4. Quelques contretemps en lien avec les vacances…
Je suis (encore) en retard vacances oblige
dès lundi je serais plus assidue, je reprends le boulot,( je suis assistante maternelle agrée à domicile)
oh la saucisse: bon E. ne supporte pas que je lui touche le tête du coup les fin de bain avec l’essuyage de cheveux reste difficile du coup cet exercice arrive au mauvais moment, je l’ai fait et taché d’avoir des geste tendres mais ferme
les marionnettes: il adore, il connait au début j’ai remarqué qu’il était étonné de mes gestes puis ils les attendaient il m’imitait pas mais touché mon visage quand même.
cours cheval: i a aimé aussi le hic (qui n’en ai pas vraiment un) c’est qu’il se met debout en appuis depuis peu du coup à cheval sur mes genoux il veut rester droit il a regardé souvent dans le vide attendant la suite du jeu prêt à rire
la tétine coquine: déjà il met rien à la bouche (sauf un doigt de temps à autre) ni pouce ni tétine, j’ai essayé tétine il comprend ce que je lui veut (c marrant même) du coup mon doigt à fait « le fou » et tout ce que goute maman, E. est prêt à gouter. Du fait des vacances ce jeu n’a pas était facile à réalisé plage, camping, sandwich sur le pouce….
Dans l’ensemble tout c bien passé E. comprend quand on va « jouer », souvent on fait des jeux similaire des autres semaines à la suite, tous ces petits jeux on été fait parfois dans une file d’attente, en attendant papa et grand frère….

31 Août, retour de la 5ème fiche
les fous sur le lit : j’ai fais participé mon grand (M. 8 ans) il a bien fait le « fou » E. d’abord un peu intrigué puis s’est pris au jeu
souffler sur la peau: la première fois il a pas trop aimé surtout le soufflé chaud, puis il s’y est fait et attendait même les prochains souffles .
le lion : là encore c’est M. qui à « fait le boulot » d’abord effrayé par le très méchant lion on a continué le jeu avec toutes sortes d’animaux, robots, aliens… à la fin il s’amusait et attendait les prochains personnages.
la dinette: j’avoue ne pas avoir pris le temps, mais j’ai ressorti la petite cuisine et sa dinette et on joue avec je fais semblant de gouter il est intrigué, cette semaine j’accueille une petite fille de 2 ans et la dinette « sale » sera très sympa ensemble.

Conclusion de cette famille sur les 5 premières semaines d’activité :
Dans l’ensemble quand même j’ai noté quelques améliorations:
sa voix: ça y est on l’entend quand il se réveille , il miaule plus il donne de la voix (je crois que je regrette avant )
gouter: il goute facilement , surtout en dehors des repas, juste pour gouter.
sa bouche: il ouvre plus grand la bouche, je peu enfin lui mettre la cuillère dans la bouche et pas seulement faire glisser la nourriture dans la toute petite ouverture de ses lèvres, du coup je tache de plus souvent lui donner à manger avec des couverts mais il garde une préférence que je lui donne avec les doigts ou la fourchette aussi!
Continue reading Evolution d’une famille avec la « Guidance en Oralité ».

Guidance parentale en langage oral

Guidance parentale en langage oral published on 6 commentaires sur Guidance parentale en langage oral

Guidance parentale en langage oral

Oralité alimentaire et verbale sont solidement intriquées. Nous le savons même si des études restent à mener afin d’identifier exactement le point d’ancrage commun entre les deux fonctions. Nous présumons aujourd’hui que les mouvements de bouche exécutés lors de l’alimentation participent à la précision de la production de langage.
Pourquoi j’avais envie de vous parler de langage oral ? Parce qu’il va de pair avec l’oralité, de pair avec le développement, parce qu’il est de la plupart des échanges entre l’enfant et son entourage. Mais aussi parce qu’un enfant qui ne parle pas fait des colères, pleure. Il use ses parents qui, souvent, ne pouvant deviner ce qu’il faut faire, et trouvant leur enfant peu réceptif à leurs propositions, cessent d’amener les choses pourtant nécessaires à l’enfant pour monter son langage.

Continue reading Guidance parentale en langage oral